Avec Jean-Claude DULIEU, Ecrivons une nouvelle page !

Retour à l'accueil
Annonce

L’originale initiative urbaine de Jean-Claude Dulieu, va-infos.com, le 16/03/2014

Le collectif " Carte Blanche " avec Jean-Claude Dulieu sur Valenciennes


Le poids des années politiques n’altère pas la capacité de Jean-Claude Dulieu à innover et à incarner un ” renouveau” au sein de la politique valenciennoise. Cette fois, c’est à travers une initiative originale où un collectif de jeunes architectes a rêvé Valenciennes avec un nouveau regard urbain, réaliste et très en phase avec les particularités de cette ancienne ville fortifiée (Jean-Claude Dulieu et le collectif Carte Blanche).





Près de 60 auditeurs, en sus des colistiers, étaient venus écouter une réunion publique atypique dans cette campagne. Elus des collectivités locales et territoriales, architectes, urbanistes, commerçants, particuliers, chefs d'entreprises etc. un public chamarré a écouté avec attention cette présentation magistrale.








Carton Rouge et Carte Blanche

Jean-Claude Dulieu a laissé " Carte Blanche" à un collectif de jeunes architectes le soin de penser à Valenciennes "demain ". Souvent pointé du doigt le manque de prospective du maire sortant conduit la ville centre vers une impasse sur les projets structurants ! A contrario des années 90 où les Grands Travaux, le tramway, la galerie commerciale… furent pensés dès cette époque, actuellement c'est la panne sèche ! C'est pourquoi, la tête de liste de liste " Valenciennes Citoyenne " a proposé à des jeunes talents architectes de réfléchir, en terme architectural, à Valenciennes avec ses atouts et ses contraintes.

{{Pourquoi cette idée ?}}

C'est souvent dans les échecs que l'on puise les ressources de la prochaine victoire. Jean-Claude Dulieu pointe des réalisations sur la ville centre : " Tout d'abord l'échec des Tertiales où nos avons assisté à un remplissage d'activités diverses sans aucun projet global " et il est vrai qu'il est impossible de décrire précisément la ligne architecturale sur ce site comprenant le Phénix, une université, l'AFE, de la résidence hôtelière, des logements…c'est un agglomérat de constructions diverses et variées aux antipodes d'un éco-quartier dont la ville est pourtant friande comme dans son projet de l'îlot Folien.

Ensuite, il sanctionne " le mal vivre lié au " Coeur de Ville " où fut implanté un prêt à porter commercial dans un urbanisme existant sans tenir compte de l'histoire du développement commercial du centre-ville. "

Enfin, l'entée sud de Valenciennes " où les erreurs du passé se répètent. Le développement d'une ville ne peut être la simple addition de projets publics et privés. Un développement harmonieux exige une cohérence et une réflexion globale partagée. Notre sondage porte à porte avec plus de 20 000 sonnettes à ce jour va complètement dans le sens et bien delà de toutes querelles partisanes."

{{ Un mariage entre le patrimoine et le contemporain selon " Carte Blanche" }}

On pouvait craindre une exposition universelle permanente mais c'est tout le contraire car les réflexions menées sont en phase avec les points sensibles et les réalités de la ville centre. " Ces jeunes architectes sont natifs de Valenciennes voire anciens étudiants… et ont relevé le banco de cette étude gratuite qu'ils vont vous présenter ce soir ", explique Jean-Claude Dulieu.

Comme dans de multiples domaines, un regard extérieur est toujours extrêmement sain pour analyser une situation urbaine globale en l'occurrence. " Notre présentation est libérée de toutes les contraintes politiques ", précise l'architecte avant cette présentation ! " Valenciennes est une ville endormie qui n'est pas valorisée au niveau de ses atouts. Une ville se construit dès la phase de la conception", souligne un membre de ce collectif Carte Blanche.

Valenciennes est une ancienne ville fortifiée et les boulevards ont remplacé les remparts. Cette particularité est centrale dans l'étude réalisée. " Bien sûr, nous nous sommes attachés au patrimoine local se conjuguant avec des nouveaux sites ", poursuit-il.

{{Sur le Quartier Watteau :}}

La réhabilitation du Mont de Piété constitue incontestablement une évidence pour ce patrimoine classé, ex organisme de prêt sur gage, et totalement inconnu par les Valenciennois surtout sur l'arrière (énorme) de cet édifice. Ici, le signal entre l'ancien et le nouveau se marie avec la création d'un bâtiment culturel "ISD ", une école symbole du design Made In Valenciennes. Ce bâtiment culturel pourrait se situer le long de Jardin du Musée coté Place Verte.

{{Sur le Quartier Carpeaux}}

sein d'un Parc de la Rhônelle préservé, un pavillon consacré au Mont Houy pour identifier une université de 10 000 étudiants expulsés à l'époque sur le Mont Houy.

{{Sur le Quartier Eisen}}

A l'entrée de la rue de Mons, un pavillon Toyota pour mettre en avant ce fleuron de l'automobile mais surtout la politique volontariste dans l'utilisation de voitures électriques par le candidat voire le transport public sous formes de navettes, d'implantations de bornes de recharge rapide etc.

{{Sur le Quartier Harpignies}}

Incontournable hippodrome, en face du Phénix et très rare en France, une ancienne salle de spectacle où Edith Piaf voire les compagnons de la Chanson sont venus à l'époque… Une éternité et pourtant " l'idée est que ce site puisse à la fois servir d'espace de répétition aux compagnies en résidence au Phénix et dans le même temps donne une seconde scène aux Arts de la Rue via une collaboration active avec le Boulon ", explique l'architecte.

Là, en face du Phénix, un pavillon pour le ferroviaire, véritable industrie phare sur le Valenciennois.

{{Sur le Quartier Beauneveu}}

Un pavillon dédié à Supinfocom sur la Place de l'Esplanade sans oublier les patrimoines de l'église St Géry et de l'auditorium St Nicolas.

Ensuite, dans le quartier de la Gare SNCF et de la Place Charles de Gaulle, deux idées fortes. " La création d'une vitrine de la représentation du savoir faire local avec Alstôm, Bombardier, Toyota etc. Ensuite, l'utilisation des 13 000 M2 vacants de la Caserne Vincent à travers un programme mixte avec du logements, des activités, une résidence et un foyer d'artistes. "

Cette dernière proposition est sans doute la plus simple à mettre en place tout au moins en partie. En effet, ce dossier constitue pour toute majorité en place un casse tête sans nom, propriété, faisabilité etc. Si ce dossier sort avant 3 à 4 ans, c'est un miracle alors pourquoi ne pas utiliser cette immense cour intérieure à l'image de l'espace Saint-Sauveur à Lille. Entre espace des Arts de la Rue, activités commerciales ponctuelles etc., pourquoi personne ne pense à utiliser un espace immense en plein coeur de ville en attendant que ce dossier débouche ?

Jean-Louis Borloo a bluffé toute le monde à son arrivée en 1989 en plein marasme économique, comme aujourd'hui, avec l'idée de relancer Valenciennes par la culture et sa célèbre Bataille des épouses. Il s'en suivi la rénovation lourde du Musée des Beaux-Arts et la création du Phénix.{{ Aujourd'hui, Jean-Claude Dulieu reprend ici le flambeau de l'imagination urbaine sur Valenciennes}}.

Cette présentation a eu l'immense mérite de regarder devant, de se projeter vers l'avenir et de rêver également des " Possibles " sur la ville centre !

Daniel Carlier

Les autres articles

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche